Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 02:26
Plusieurs d'entre nous endurent la solitude. Ce phénomène est identifié par nos contemporains comme anormal, pathogène. Il est synonyme du refus de l'autre, d'anéantissement du soi. C'est une intériorisation accentuée. Une introspection mélancolique. Les conflits, les contrastes poussent parfois vers cette obscurité qui enveloppe les profondeurs inexplorées de l'âme humaine, vers ces terres arides sans confins.
 
Mais la solitude n'est pas toujours subie. Parfois, c'est un émerveillement. On s'isole pour mieux méditer et reconquérir la paix intérieure. Dans ce cas d'espèce, c'est une retraite volontaire, voulue, espérée. C'est un acte délibéré. On se détache de l'immédiateté pour réfléchir sainement sur notre acheminement, élucider nos contrastes, réorganiser nos priorités. On peut parler ainsi du recueillement, prélude nécessaire pour accueillir des lendemains plus meilleurs. Dans d'autres cas, c'est une tentation d'ascension vers la vérité absolue, vers les lueurs de la sagesse.
 
On marche ainsi vers la solitude pour acquérir et s'approprier les secrets de l'existence.
 
Mais je pense à ceux qui sont conduits à l'isolement par contrainte, sous le poids d'une diversité de pressions. Le vent de l'amertume, des remords, du rejet les bouscule vers cet abîme béant, dévorant, engloutissant. Ces gens- là sont des désespérés, des stressés qui se rebellent silencieusement contre le joug du quotidien, qui ne supportent pas la confrontation.
 
Les actes entrepris dans ce cadre démontrent d'un désir inconscient et ardent nourri de la revanche et de la vengeance. Ces actes ne peuvent s'exprimer et se manifester malheureusement qu'à travers une destruction systématique de ces âmes déjà meurtries. C'est une attitude masochiste. Une autre facette d'anéantissement, douce mais morbide.
 
Trop d'énergies négatives sont dispensés.
 
On se consume à outrance pour mieux embraser les germes et souffles de vie environnante.
( Suite)
Partager cet article
Repost0

commentaires

N
Je viens vous rendre visite, j'ai lu votre commentaire sur mon blog. C'est très intéressant vos réflexions sur la solitude. Je suis une solitaire j'ai dû apprendre à vivre avec les autres plus qu'avec moi-même ! Il me semle que chaque être humain est confronté un jour à la solitude, mais notre monde actuel ne permet plus cet apprentissage,(monde de la consommation immédiate...) aussi on peut remarquer l'importance des cas de dépressions, et de mal-être, et la consommation excessive de somnifères et d'anti-dépresseurs....
Répondre
L
Bonjour Slim,

Merci d'être venu nus rendre visite, cela nous fait très plaisir.

Votre blog est empreint d'une atmosphère sublime : c'est l'âme qui parle.

J'ai beaucoup aimé ces nouvelles. Mais je reviendrai pour en lire encore.

Amicalement
Les cybermamys et Lucie
Répondre
L
L'energie négative et méme la haine sont de trés bon moteur ...
Répondre
E
Merci de vos messages très gentils laissés sur mon blog qui m'encouragent à chaque passage. Amicalement.
Répondre
M
c'est vrai que la solitude on la cherche parfois histoire de se remettre en question,trouver une paix intérieur,s'isoler pour de bonnes reflections,retrouver une sagesse fait de sérènité!et beaucoup d'autre choses encore,bonne soiré et bon Wend-Kend De paix et sérènité!
Répondre

Présentation

  • : Célébration de Colette Nys-Mazure
  • : Ce blog est destiné à la célébration de Colette Nys- Mazure
  • Contact

Colette Nys-Mazure

Reconnaissance

En signe de reconnaissance pour l'œuvre de Colette Nys- Mazure et pour les effets bénéfiques qu'elle a eu sur ma conception de la vie, j'ai décidé après avoir eu son aval de créer ce modeste espace. Un espace où je pourrai vous faire part de mes émotions et réflexions. C'est à notre tour de célébrer Colette Nys- Mazure et de la couronner. Elle a tant célébré et revaloriser toutes les facettes de notre quotidien, pour que notre passage, d'ailleurs bref, sur cette terre ne soit pas banal et gratuit. Elle a pu surmonter ses propres handicaps, ses traumatismes, pour nous conduire vers une pureté initiale et nous nourrir, comme ses propres enfants, d'un souffle persévérant. Elle a eu le génie de contourner le spectre du mal, de la haine qui rôdait autour de sa vie d'enfant et a embrassé l'émerveillement, la marche vers l'illumination au lieu de sombrer dans les amertumes et les inquiétudes. Bref, le corollaire de la philosophie de Colette Nys-Mazure est la revanche sur un quotidien répugnant et inaccessible.

 

 

Archives