Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 01:02


Colette Nys-Mazure m'a fait cadeau de "Sans y toucher". Plusieurs nouvelles de ce recueil rendent compte fidèlement de nos itinéraires/déperditions, des rapports complexes entretenus avec nos proches, notre entourage immédiat et lointain.

A la neuvième page un passage a retenu mon attention : " Je n'allais jamais assez loin pour toi : qui donc aurait trouvé grâce à tes yeux? Tu m'écrivais: "J'ai horreur des gens qui éprouvent le besoin de se raconter, de se répandre." Alors, je gardais pour moi les impressions jaillissantes qui ne demandaient qu'à se partager. Tu me renvoyais à ma vie refroidie parce que la tienne était glaciale".

Plusieurs parmi nous ont causé sciemment ou inconsciemment des déboires et traumatismes à des êtres pourtant proches et intimes, qui espéraient notre aide, notre rayonnement, notre prévenance, mais parce que nos existences antérieures étaient pour longtemps glaciales et cruelles, nous n'avons pu semer et reproduire autour de nous que la froideur et la rigidité.

Les regrets et remords guetteront nos quotidiens et lamineront nos marches/ascensions.

C'est le destin prescrit pour la plupart d'entre nous.

C'est difficile de s'éloigner de sa coquille, de se séparer de sa solitude bienveillante.

Essayons d'aménager nos intérieurs.

Efforçons nous pour insuffler des brins de chaleur autour de nous.

Ecoutons les balbutiements de ces âmes engourdies, qui sollicitent secrètement notre attention et compassion.

Manifestons de l'intérêt et de l'admiration pour ceux et celles qui s'envolent dans nos orbites et peuplent nos petits univers.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Comme je la comprends...le monde se ferme à ceux qui souffrent en silence l`indifférence des autres...j`en rajouterai une: l`éloignement de ceux qui ne nous regardent pas, qui n`écoutent pas les suppliques ou même un chagrin, qui ne voit pas le geste de la main tendue, ou d`un simple émerveillement que l`on veut partager...nous n` avons pas besoin de ces personnes qui ne peuvent apporter que la souffrance, le côté négatif de l`être humain...éloignons-nous...laissons-les en paix avec leur misère de caractère. Très peu finissent par comprendre qu`ils sont seuls.
Répondre
S
Merci Manuela. Votre commentaire est véritablement un prolongement et un éclaircissement de ma pensée. Vous avez vu juste. Merci pour votre contribution. Amitiés
E
Bonjour, passionnée des mots pour essayer de guérir des maux, je pense préfèrable le regret au remord, car celui-ci ronge à vie.Quand je dis " je t'aime " à un enfant même s'il me fait souffrir, l'espèrance est présente et l'amour domine, l'imprégnant de tendresse. Amitiés.
Répondre
S
Bonjour,Merci pour visite. Vous avez raison de préferer les regrets aux remords. Notre vie ne doit pas se transformer en un enfer invivable et éternel. Il faut en quelque sorte assumer le passé pour pouvoir embellir le présent. Amitiés
A
Il est clair que je partage les dernières phrases de ton article. Je nuancerais simplement la dernière en changeant "pour ceux et celles qui s'envolent dans nos orbites" par pour ceux et celles qui s'envolent de nos orbites"... ;)
Bonne journée à toi...
Répondre
S
Merci pour l'intérêt que avez manifesté pour mon article. Votre remarque est trés intéressante. Elle donnera une autre portée, une autre vision à cette phrase. Votre nuance est plus réelle. Je l'avoueMerci pour votre visite et Bonne chance
M
relire et relire cet article et sentir que faire éclater sa bulle est la plus belle attitude, l'attitude généreuse, l'attitude ouverte et bienveillante dans laquelle il n'y a aucun remord.
Répondre
S
C'est une belle thérapie que vous avez préconisée pour se débarasser des remords. Il faut en fait se rattraper et se racheter. Il faut savoir toujours recommencer et donner des chances à soi et aaux utres.

Présentation

  • : Célébration de Colette Nys-Mazure
  • : Ce blog est destiné à la célébration de Colette Nys- Mazure
  • Contact

Colette Nys-Mazure

Reconnaissance

En signe de reconnaissance pour l'œuvre de Colette Nys- Mazure et pour les effets bénéfiques qu'elle a eu sur ma conception de la vie, j'ai décidé après avoir eu son aval de créer ce modeste espace. Un espace où je pourrai vous faire part de mes émotions et réflexions. C'est à notre tour de célébrer Colette Nys- Mazure et de la couronner. Elle a tant célébré et revaloriser toutes les facettes de notre quotidien, pour que notre passage, d'ailleurs bref, sur cette terre ne soit pas banal et gratuit. Elle a pu surmonter ses propres handicaps, ses traumatismes, pour nous conduire vers une pureté initiale et nous nourrir, comme ses propres enfants, d'un souffle persévérant. Elle a eu le génie de contourner le spectre du mal, de la haine qui rôdait autour de sa vie d'enfant et a embrassé l'émerveillement, la marche vers l'illumination au lieu de sombrer dans les amertumes et les inquiétudes. Bref, le corollaire de la philosophie de Colette Nys-Mazure est la revanche sur un quotidien répugnant et inaccessible.

 

 

Archives